•ÇAPEINT•

La pensée en mouvement.

Assurez-vous de souscrire à la newsletter pour ne manquer aucune info 

Les Çapeint

Photo B.Bardou

Actualités

Le musées départementaux du Tarn invitent trois artistes, Henri DARASSE, Alain FABREAL, Alain GARRIGUE, membres fondateurs de ÇAPEINT, à mener une expérience artistique, à nouer un dialogue avec un environnement différent de la salle d’exposition, de l’atelier ou de la galerie et à confronter la peinture à cette nouvelle exploration.

 

Exposition d'avril à octobre 2018

- LE MUSÉE DU CAYLA (à Andillac).
- LE MUSÉE DE LA MINE
 (à Cagnac les mines).
- LE MUSÉE DU TEXTILE
 (à Labastide Rouairoux).


Les Çapeint.

Les membres fondateurs de Çapeint.

Henri DARASSE

Henri DARASSE


ALAIN FABREAL

Alain FABREAL


Alain GARRIGUE

Alain GARRIGUE


L'IDÉE ÇAPEINT ?

 « Ça fonctionne partout, tantôt sans arrêt, tantôt discontinu. Ça respire, ça chauffe, ça mange. Ça chie, ça baise, [ça peint]. Quelle erreur d’avoir dit le ça. Partout ce sont des machines, pas du tout métaphoriquement : des machines de machines, avec leur couplage, leurs connexions ».

Deleuze et Guattari, L’anti-Œdipe, p.7.



Depuis son apparition sur terre, l'homme peint. Avec d'autres marqueurs comme la station debout, l'outil, la sépulture ou encore le langage, la peinture apparaît comme une caractéristique propre à l'homme. Aucun autre animal ne peint, alors que certains oiseaux s'approchent de la musique.

Sensibles à cette originalité et cette persistance de la peinture malgré les modes artistiques qui annoncent régulièrement sa disparition, trois peintres aux styles et orientations différentes, Henri Darasse, Alain Fabreal et Alain Garrigue, s’associent pour affirmer à nouveau et faire vivre cette évidence de la peinture : Çapeint.

Ce véritable cogito pictural que l'on pourrait traduire par « ça peint, donc nous sommes », est d'abord une prise de conscience de la vitalité de la peinture qui les traverse et les réunit. C’est aussi une manière de référer la pulsion picturale à une dimension profonde enracinée en l’homme, un inconscient pictural, véritable « machine » picturale comme pourraient le nommer Deleuze et Guattari, producteur de formes, de matières, de couleurs et d'images ouvertes. 

Ce simple fait pictural, « çapeint », indique à la fois un territoire et une méthode.

Le territoire est d'abord le territoire géographique que la peinture est capable de mesurer et d'explorer. Situés à Sète ( Henri Darasse), Carcassonne (Alain Fabreal), Toulouse (Alain Garrigue), ces trois peintres dessinent déjà sur le territoire de la nouvelle région Occitanie un vecteur exploratoire. Leur désir d'arpenter picturalement ce territoire en investissant les musées industriels du Tarn témoigne déjà de l'approche originale de « çapeint » qui confronte la peinture au réel industriel et social.

Le territoire est aussi imaginaire. L'atelier - dont ils revendiquent aussi la pertinence à l'époque des plasticiens sans atelier - est le lieu où s'enracine et se déploie cette utopie de la pensée picturale, une pensée originale en formes, matières, couleurs et images, sans la ressource du discours conceptuel. Peindre, c'est pour eux articuler ces territoires réels et imaginaires, brancher l'utopie de l'atelier sur l'exploration du réel avec la peinture comme outil.

De la découle la méthode de « çapeint » qui permet à ces trois artistes de travailler ensemble malgré la disparité de leur démarche singulière : présenter, construire, produire, confronter la peinture à son extériorité pour la faire réagir et exister par cette réaction même. Il s'agit pour eux de dégager le « potentiel [pictural]de la situation », comme le nomme François Jullien dans son Traité de l'efficacité, pour faire en sorte que la peinture résulte simplement de cette rencontre avec une situation nouvelle qui la ressource, des lieux et un contexte nouveaux qui la déplacent et la renouvellent.

Plus qu’un collectif fermé « çapeint » est d'abord une idée proposée par ces trois artistes, Henri Darasse, Alain Fabreal et Alain Garrigue et qui pourra en rassembler d'autres en fonction des projets dans une logique de réseau et une dynamique collective d'affirmation de la peinture comme pratique et pensée.